Connect with us

Chroniques

Jeanne Mas, My 80’s

Depuis 1991, de nombreuses compilations de Jeanne Mas ont été éditées, sans grande originalité. En voici enfin une qui sort de l’ordinaire.

Publié

le

Jeanne Mas - My 80'sSortie : novembre 2007. 15 titres – Edina Music
Depuis 1991, de nombreuses compilations de Jeanne Mas ont été éditées, sans grande originalité. En voici enfin une qui sort de l’ordinaire. A première vue, on pourrait se trouver rebutés par le fait qu’il y a souvent trois fois le même titre à la suite (voire quatre fois pour Johnny Johnny). Mais les versions étant différentes, on évite la monotonie. Prenons l’exemple de Toute première fois que l’on entend successivement en anglais, en italien puis en français avec, pour chacun, un arrangement musical spécifique.

Les morceaux sont tous remixés ou en version longue, donc quasiment introuvables dans le commerce. Les versions longues de Toute première fois, Johnny Johnny, Sauvez-moi ou L’enfant, ne pouvaient se trouver que sur les maxi 45 tours d’origine. C’est pas normal est aussi un morceau à part puisqu’il n’est sorti qu’en single en 1994, et jamais réédité.
Où est l’originalité, me direz-vous, si ces enregistrements sont anciens ? Certaines versions sont très récentes comme celles de Johnny Johnny (radio edit 2005) ou En rouge et noir (remixée par DJ Esteban). Le mélange entre ancien et moderne donne ici une unité cohérente qui montre que même les « vieux » enregistrements ont bien passé l’épreuve du temps.
Ce disque est une véritable mine d’or pour les fans qui cherchent des choses originales sans se ruiner. Et pour la personne qui aime Jeanne Mas sans en être accro, ce disque est un bon complément aux compilations déjà existantes.
En somme, My 80’s satisfera tout le monde.

Jeanne Mas

Biographie de l’artiste

Jeanne Mas - En rouge et noirElle a été la première artiste à honorer le Top 50, la première Femme à remplir la salle de Paris Bercy, la première artiste à être sacrée meilleure révélation aux Victoires de la Musique et meilleure artiste féminine.
Son look, sa voix, son tempérament ont marqué pour toujours les années 80 et n’ont cessé d’étonner.
1984 – C’est dans l’émission JOUR J. que le public français va la découvrir avec sa Toute première fois. Vêtue de noir, les cheveux rasés, le maquillage débordant sur les tempes, cette jeune punk au regard ténébreux fixe la caméra avec des gestes balayant l’atmosphère. Jeanne Mas ne sait pas encore que sa chanson va devenir un tube. Tandis que son second single Johnny, Johnny atteint le million de copies, EMI Records, sa maison de disques, découvre en Jeanne Mas le nouveau talent français. Daniel Balavoine fasciné par le tempérament tumultueux de l’artiste acceptera, à la demande de celle-ci, de réaliser deux chansons : « Oh Mama » et « Coeur en stéréo« . Le premier Olympia affichera 4 jours complets. Artistes, médias : ils seront tous là pour l’applaudir. Les premières Victoires de la Musique seront pour elle tandis que sa chanson En rouge et noir » confirmera le phénomène Jeanne Mas. Un sondage révèle que 90% de la population française connaît et apprécie la chanteuse au look androgyne.  Les Crises de l’âme, L’Art des femmes, Au nom des rois vont suivre. Jeanne Mas a envie de se renouveler. Exilée avec ses deux enfants dans le sud de la France, elle réalise seule un nouvel album politiquement sans complexe Jeanne & Les Egoïstes. Un virage trop rock pour certains et pourtant cet album fait l’unanimité parmi ses fans.

Jeanne Mas tourne dans le premier épisode de « Malone » sur TF1 et dans « L’Instit » aux côtés de Gérard Klein.
Pour ses 20 ans de carrière Jeanne Mas entreprend une grande tournée dans toute la France qui finira avec deux grandes scènes parisiennes l’Espace Pierre Cardin et le Casino de Paris en Janvier 2005.
Ambitieuse et déterminée mais aussi fatiguée de porter une étiquette « année 80 » trop étroite å son envie de créer, Jeanne Mas s’installe aux Etats Unis. Une énergie nouvelle l’envahit. Sa rencontre avec Dj Esteban va déterminer la couleur de son nouvel album The Missing Flowers sorti en mai 2007. Un album dance et coloré que l’artiste va dédier à sa meilleure et unique amie disparue Josiane Lair.
En février 2008, Jeanne s’installe en Arizona et nous revient en mai en France avec un nouvel album « Be west » teinté de folk et country.
Elle sera sur la scène parisienne du Trianon du 25 au 28 juin.

 

texte chronique : L. Lorenzi / © FanMusik
texte biographie : biographie officielle
crédits photos :
photos concerts : Angélique Le Goupil / awcreation.com
© et (p) Edina Musique

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chroniques

Fredericks Goldman Jones de l’intérieur, Alexandre Fievée

Publié

le

Fredericks Goldman Jones de l’intérieur, Alexandre Fiévée

Après la sortie en 2016 d’un livre entièrement consacré à Jean-Jacques Goldman, Alexandre Fievée s’est lancé dans l’écriture et la réalisation d’un livre sur le trio Fredericks Goldman Jones. Il s’agit du premier livre consacré au trio.

Ce livre, sorti en novembre 2018 aux Editions Gründ, s’adresse tout aussi bien aux fans qui ont suivi Jean-Jacques Goldman et le trio qui souhaiteraient revivre et approfondir ces années, mais aussi à celles et ceux qui souhaiteraient le découvrir. De nombreuses anecdotes via des interviews dans ce livre qui est aussi très richement illustrées grâce à des photos pour certaines inédites (dont celles de Claude Gassian et de Pingouin). L’auteur s’est également appuyé sur des interviews données pour des magazines, des journaux, ou des émissions Tv et radios.

Le livre est composé de trois parties : « Juste avant… » couvrant la période avant 1985, la seconde « 1, 2, 3 » pour les années 86 à 95, et enfin « Juste après » pour 96 à aujourd’hui .

Parmi les interviews dans le livre on pourra lire les témoignages de Michaël Jones, Marc Lumbroso, Khanh Maï, Erick Benzi, Bernard Schmitt, Monique Le Marcis, Alain Régis Pingouin, Jacques Veneruso, Taj Mahal, Jean-Louis Pujade, ou encore Connie Fredericks-Malone…

La première partie retrace l’enfance et les premiers groupes musicaux jusqu’aux premiers albums, les premiers succès et collaborations de chacun. On découvre ainsi alternativement les premiers groupes de Jean-Jacques Goldman, l’arrivée de Michael Jones en France, ainsi que de Carole qui s’est retrouvée très vite choriste pour de nombreux Artistes…

A noter de belles archives et anecdotes de Chris et Alex Gibson au sujet du groupe Les Phalansters… ou encore comment Andy Scott (ingénieur du son) a commencé à travailler avec Jean-Jacques Goldman dès 1975 lors de l’enregistrement du 1er album de Taï Phong…

Puis suivra l’arrivée de Carole en tant que choriste pour la tournée en 1986, des anecdotes de la tournée en Afrique et à La Réunion en 1988. La genèse du trio comme une évidence pour Jean-Jacques Goldman. Les albums, les tournées, rien n’est oublié. Puis viendront finalement les albums solos pour chacun, la disparition de Carole… et la « pause » annoncée par Jean-Jacques Goldman à ses musiciens à la fin de son concert en juillet 2004 lors des 20 ans des Francofolies de La Rochelle…

On prend un grand plaisir à se replonger dans ces années, dans la carrière de Jean-Jacques Goldman, de Carole Fredericks et de Michaël Jones.

Un livre à offrir et à s’offrir sans hésitation. Et même les plus fervents passionnés du groupe pourront sans doute découvrir des informations en plus des magnifiques photos.

Pour vous procurer le livre : Amazon.fr

L’auteur

Alexandre Fivée est avocat. Dans le cadre de ses activités, il écrit d enombreux articles dans des revues professionnelles et donne des cours à l’université. Il est aussi, à titre accessoire, agent artistique. Il a notamment travaillé avec Warner Music France sur le best of de Taï Phong.
Aux éditions Gründ, il est déjà l’auteur du beau-livre Jean-JAcques Goldman paru en 2016.

Lire la suite

Chroniques

Génération Téléphone, Pierre Mikaïloff

Publié

le

Par

Génération Téléphone, Pierre Mikaïloff

Génération Téléphone, Pierre MikaïloffLa nostalgie est toujours d’actualité. Depuis près de trente ans, le groupe Téléphone n’en fini pas de se rappeler à nous : on réédite régulièrement leurs albums dans de beaux coffrets, ou on nous sort quelques compilations avec parfois des titres inédits.
Mais aujourd’hui, cette douce mélancolie du souvenir du groupe semble trouver meilleure satisfaction avec les Insus. Cette reformation, même partielle, de Téléphone nous fait remettre les pieds dans le plat. Mais de façon concrète, cette fois. Il y a des concerts, une tournée et au final un disque et un DVD.
A cela pouvait bien s’ajouter un bouquin.

Il eut été un peu court de parler des Insus, eux-mêmes. C’est donc à la genèse qu’il faut s’intéresser. C’est-à-dire Téléphone, ce groupe dissous en 1986, en plein succès.
Le livre de Pierre Mikaïloff nous remet bien dans l’ambiance en remémorant la saga de la légendaire formation rock « made in France ».

Il y a tout ce qu’il faut pour satisfaire à la fois les fans et les novices. Un récit clair, détaillé et bourré d’anecdotes, sans pour autant se perdre dans la masse d’informations. Outre la lecture passionnante, on croise de très belles photos au fur et à mesure qu’on avance dans la saga. Et, à la fin, on résume tout avec une discographie illustrée et détaillée. C’est comme si on y était.

Génération Téléphone, Pierre Mikaïloff

Pour peu qu’on s’intéresse à Téléphone, ce livre plaira à tout le monde. Et la cerise sur le gâteau est le DVD qu’on y trouve à la fin : le fameux documentaire de Jean-Marie Perrier « Téléphone public ». Une référence. Bien illustré, bien documenté, belle présentation et un prix abordable, il est de bonne augure de vouloir l’offrir ou se l’offrir.

 

L’auteur

Pierre Mikaïloff a pratiqué la guitare avec Les Désaxés, puis Jacno, et composé la B.O. de Shimkent Hotel. A donné de la plume ou de la voix sur RFI, Sud Radio, Rock & Folk, Gonzaï, Rolling Stone… Sa bibliographie compte une trentaine d’ouvrages : romans, recueils de nouvelles, poésie, le Dictionnaire des années 80 et Cultissimes 80 pour Larousse, et de nombreuses biographies de référence : Serge Gainsbourg, Alain Bashung, Françoise Hardy… A écrit une cinquantaine de documentaires pour la télévision (France 3) et la radio (France Culture), et pour la scène, coécrit deux fictions musicales consacrées à Alain Bashung.

Pour se procurer l’album

Amazon.fr

Lire la suite

Chroniques

L’Aventure Starmania, François Alquier

Publié

le

L'Aventure Starmania, de François Alquier - Hors Collection

Sorti en octobre 2017, L’Aventure de Starmania, écrit par François Alquier et préfacé par Maurane, est édité par Hors Collection. Il est composé de 160 pages richement illustrées par des photos dont certaines rares ou inédites. Un beau livre avec une couverture rigide reprenant le logo « Starmania » se rapprochant des versions live dès 93.

Toujours d’actualité même 40 ans après, c’est grâce à son histoire que Starmania a traversé le temps depuis 1978… et même avant lors de sa conception et son écriture par Michel Berger et Luc Plamondon.

Starmania

photo © Benaroch / Sipa

 

L'Aventure Starmania, François AlquierL’auteur a consacré la moitié de son livre à la génèse et la première version de Starmania : celle de 78/79 avec un casting inoubliable France Gall, Daniel Balavoine, Fabienne Thibeault, Diane Dufresne, Claude Dubois (album studio), Nanette Workman, Etienne Chicot (spectacle live), René Joly, Eric Estève… moitié français et moitié québecois. Un choix voulu par Luc Plamondon.

On découvre ou redécouvre comment les deux auteurs de Starmania ont créé l’histoire en s’inspirant au départ de faits réels pour ensuite parvenir à une histoire plus originale et futuriste (ou plutôt moderne) tout en restant ancrée dans le monde actuel. L’opéra rock aborde des thèmes comme celui de vouloir être à tout prix connu et passer à la télé, d’autres de vouloir diriger le monde… Ces thèmes qui resteront d’ailleurs toujours d’actualité ce qui explique sans doute aussi une part du succès de Starmania au fil des années.

Dans le livre on peut aussi découvrir :

    • Une analyse intéressante de la fin de l’histoire de Starmania faite par Serge Beyer.

 

  • Des anecdotes sur les répétitions du spectacle pour la version originale
  • des témoignages réalisés par l’auteur, des participants aux différentes versions de Starmania comme ceux de René Joly, de Maurane, Wenta, Renaud Hantson, Norman Groulx…
  • des extraits d’interviews des différentes époques

On y apprend beaucoup de choses grâce aux nombreux témoignages. On est comme transporté aux différentes époques qui ont vu défiler les  versions successives de Starmania. On traverse 40 ans et plus de souvenirs, d’images, de rencontres, de musique.

Ce livre s’adresse à tout le monde, autant aux personnes connaissant déjà bien l’opéra rock qu’aux personnes qui souhaitent le découvrir tant la qualité des documents et des témoignages est importante.

Starmania n’est pas fini.

François Alquier, l’auteur du livre, évoque dans son avant-propos pour les 40 ans de l’opéra rock, le retour de Starmania sur scène par Luc Plamondon en faisant cette fois appel à des Artistes confirmés et inconnus.
Nous vous tiendrons bien entendu informé de tout cela dès que nous aurons des informations. Dans cette lignée, il projette aussi d’en faire un film.

 

L’auteur

François Alquier est journaliste-animateur spécialisé dans la culture depuis plus de 30  ans. Il est aussi connu pour son blog “Les chroniques de Mandor”.

Pour se procurer l’album

Amazon.Fr

Lire la suite

D’autres chroniques