Connect with us

Chroniques

Les Séries de notre Enfance, Maroin Eluasti, Nordine Zemrak

Publié

le

Les Séries de notre Enfance, Maroin Eluasti, Nordine Zemrak

Les Séries de notre Enfance

Les Séries de notre Enfance, Maroin Eluasti, Nordine Zemrak

 Très beau livre avec une couverture cartonnée et illustrée de plusieurs des personnages des dessins animés emblématiques comme Esteban, Zia, Tao des Mystérieuses Cités d’Or, L’inspecteur Gadget, sa nièce Sophie et son chien Fino, ou encore Ulsysse, Télémaque et Thémis d’Ulysse 31… Dès le sommaire, le ton est donné, ce seront les séries animés de la DIC qui seront présentés avec pour certains une mise en avant (ceux que l’on retrouve d’ailleurs en couverture).

L’idée de ce livre est venue en juillet 2003 lors d’une Japan Expo, passionnés tous les 2 pour les séries de la DIC, Maroin et Nordine ont décidé de s’allier et de mettre leur force en commun pour créer ce très bel ouvrage.

Sous ces trois lettres : DIC se cache un studio de production de publicité sous forme d’animations, d’émissions de télé aussi et ensuite des dessins animés que nous nous rappelons tous encore aujourd’hui.

La préface est signée par Jean Chalopin, créateur de la DIC. Il ne se rendait pas compte à l’époque que des années plus tard leurs oeuvres auraient autant marqué les enfants et que cela continue encore de nos jours.

Les auteurs nous offrent au début du livre plus qu’un préambule,  c’est la genèse de la DIC, son histoire qui nous est relatée. Ils nous plongent ainsi dans l’Univers de Jean Chalopin et de Bernard Deyries. Au fil des rencontres, des premiers films publicitaires réalisés et des productions institutionnelles… ce sont des dessins animés que nous avons découvert avec nos yeux d’enfants et qu’aujourd’hui nous prennont toujours un grand plaisir à nous y replonger dedans avec nos yeux d’adultes.
Sans oublier également une présentation de la planète magique dont nous avions eu la chance de visiter sa démolition définitive au début des années 2000. (Vous retrouverez prochainement à nouveau disponible une page spéciale avec les photos de notre reportage.)

Double page Ulysse 31 - Les Séries de notre Enfance, Maroin Eluasti, Nordine Zemrak

Le premier dessin animé qui nous est présenté est Ulysse 31. Maroin et Nordine nous expliquent au fil des pages comment l’idée de mélanger une histoire de l’antiquité grecque avec le futur est venue, les premiers essais, les premiers scenarri, avec les premières planches, les discussions et avis divergents, les techniques utilisées… Rien ne nous est caché, nous découvrons et nous suivons la réalisation des dessins animés. Presque comme si nous étions présents, nous nous imaginons vivre cette aventure de création, de rencontres, parfois simple et parfois difficile grâce aux nombreuses anecdotes présentes dans le livre. Les Mystérieuses Cités d’Or, L’Inspecteur Gadget, Les Minipouss, Jayce et les Conquérants de la Lumière, M.A.S.K, Pole Position, Les Bisounours… et bien d’autres n’auront (presque) plus aucun secret pour nous.

Un élément qui est important également dans une production, c’est la musique…  Jean Chalopin, s’associe à Haim Saban. Et le succès était au rendez-vous.
En plus des nombreux croquis et illustrations magnifiques, on retrouve également des exemples de produits dérivés.

Le livre est pour nous comme un sorte d’hommage aux protagonistes sans lesquels ces dessins animés n’auraient jamais pu voir le jour. Et c’est une belle réussite. Merci aux deux auteurs Maroin Eluasti et Nordine Zemrak pour ce livre qui manquait.

 Double page Minipouss - Les Séries de notre Enfance, Maroin Eluasti, Nordine Zemrak

Nous avons souhaité en savoir un peu plus sur la création de ce livre. Nous vous invitons à lire l’entretien avec les auteurs ci-dessous.

FanKulture : comment s’est effectué le choix de mettre en avant tel ou tel dessin animé ?  par vos choix perso, et l’engouement du public ?

Maroin : Nous nous sommes longtemps posés la question. Nous voulions dans un premier temps faire 2 livres pour montrer 2 périodes distinctes du studio tout en donnant la part belle à nos séries fétiches. Dans le premier, il y aurai eu les débuts de la DIC puis Ulysse 31, Les Cités d’Or, Lupin 8 et Inspecteur Gadget et dans le second, toutes les autres séries de la DIC. Ce choix était également motivé par l’envie de détailler généreusement chacune des séries. Finalement, nous somme revenus sur ce choix car, économiquement, ce n’était pas possible. Dans un deuxième temps, nous avons voulu faire un livre de 350 pages, mais là aussi nous avons dû laisser tomber. Comment faire alors ? Nous avions tant à dire sur la première période dont les chapitres étaient pour la plupart terminés… La suite vous la connaissait, nous sommes passés de 350 pages à 208 pages en mettant plus en avant nos séries coup de coeur.


FanKulture : comment vous ont accueilli Jean Chalopin, Bernard Deyries, les différents acteurs de ces dessins animés lorsque vous leur avez parlé du livre ?

Avez-vous eu des retours d’eux une fois le livre publié ?

Nordine : J’ai rencontré Jean Chalopin et Bernard Deyries en Mai 2002 avec lesquels j’ai fait part de mon projet de livre ce qui les a tout de suite enchantés. Puis Bruno Bianchi, et une bonne partie des anciens du studio DIC. Cela n’a pas été simple, quand nous avons décidé avec Maroin de concrétiser ce projet. Il a fallu rechercher en France mais aussi aux états Unis, Japon… toutes les personnes ayant participé aux différentes productions ce qui n a pas été chose simple. Des fois nous avancions et d’autres fois reculions. Mais la détermination de chacun a permis d’en rencontrer la majeur partie.
Les retours ont été très bons, on a vraiment senti que ce livre leur avait plu et qu’un bel hommage leur avait été rendu. Dommage cependant que des gens comme Bruno Bianchi ou Jasmine Delacroix : Deux personnes très importantes dans le succès de la DIC et qui nous ont bien aidé soient parti avant la sortie du livre. Les Japonais ayant travaillé sur ces séries ont été ravie de ce bouquin. Je repense toujours à la réaction de Monsieur Habara lorqu’il a vu notre livre. Beaucoup d »émotions pour cette personne qui avait travaillé sur Pole Position au début de sa carrière et qui n’avait pas revu la série depuis.

Maroin : Il en avait autant envie que nous. Le studio DIC a été une grande aventure or il n’y a jamais eu de livre à ce sujet. Tous nous ont apporté une aide considérable pour qu’il puisse voir le jour. Je regretterai cependant toute ma vie de ne pas avoir pu l’offrir à Bruno Bianchi de son vivant. Il était devenu un ami, un grand frère qui nous a apporté un soutien sans faille.
Le livre a été merveilleusement bien accueilli, certaines fois, avec beaucoup d’émotion de la part des acteurs de la DIC.

Double page Ulysse 31 - Les Séries de notre Enfance, Maroin Eluasti, Nordine Zemrak


FanKulture :  les produits dérivés présentés font-ils partis de vos collections personnelles ?

Maroin : Les documents que nous avons utilisé proviennent en grande majorité de nos collections respectives réunies au terme d’une vingtaine d’années. Nous avons aussi été aidé pour certains jouets grâce à des collectionneurs qui nous ont donné accès à leurs photos.

Nordine : Oui nous avons mis en avant nos produits personnels, étant collectionneur des cités d’or, je me devais de la mettre en avant dans ce bouquin. Mais globalement l’ensemble des produits nous appartient hormis les prototypes et quelques jouets prêtés à l’occasion pour.


FanKulture : avez vous chacun une anecdote concernant la réalisation de votre livre ?

Maroin : Je me souviens de ma première rencontre avec Bruno Bianchi. C’était en 1995. J’étais au festival d’Annecy et je voulais l’interviewer. Ce jour-là, il faisait très beau sur la terrasse de l’impérial. C’est là que j’ai assisté à quelque chose de tout à fait incroyable à mes yeux : Bruno Bianchi, tout en me regardant et répondant à mes questions, arrivait à dessiner un Inspecteur Gadget qu’il me destinait. Je n’en revenais pas !

Nordine :  J’avais déjà remarqué que le nom de Jean Chalopin était récurrent dans mes animés préférés d’où la mise en place d’un cahier (que je possède toujours) sur lequel je notais tout ce que je trouvais sur DIC ou Jean Chalopin avec ensuite pour chaque page une image représentant une série DIC. Un signe ?

Cahier d'enfance de Nordine Zemrak

Cahier d’enfance de Nordine Zemrak

 

FanKulture : quel est votre dessin animé préféré et pourquoi ?  Avez-vous chacun une anecdote concernant votre enfance sur ce dessin animé en particulier ?

Maroin : C’est Ulysse 31. J’ai pris une claque visuelle quand j’ai découvert la série. Et puis les histoires étaient si captivantes. Combien de fois je me suis pris pour Ulysse dans la cours de récréation. Je rêvais d’avoir la même épée laser que lui.
Un souvenir m’a beaucoup marqué. Ce sont les moments que nous partagions avec mon père qui regardait avec nous Ulysse 31. C’était tous les jours à 19h55 juste avant les actus de FR3. Nous nous demandions s’il appréciait la série autant que nous. Et un jour lors d’un des épisodes (Ulysse rencontre Ulysse) nous avons su que oui. Ces moments uniques partagés avec mon père ont pris avec le temps une grande place dans mon coeur.

Nordine : Mon dessin animé préféré étant les cités d’or, je passais mon temps à découper tous les magazines tv pour avoir la moindre image des cités d’or.

 

 

les auteurs

Maroin Eluasti
Bercé depuis tout petit par ces séries, il a été émerveillé par leur qualité, leur dynamisme et leur modernisme. A tel point qu’il passait le plus clair de son tempsà gribouiller dans les marges de son cahier ou même de sa table d’écolier, des Inspecteur Gadget, des Nona le petit robot, ceci au grand dam de ses professeurs. Le temps a passé et après des études de technicien et pas mal de petits boulots, il est revenu à ses premières amours : le dessin. Il voulait faire de cette passion qui ne l’avait jamais quittée son métier. Avec beaucoup de travail et d’acharnement il a réussi à devenir animateur 2D et story-boarder

Nordine Zemrak
Toute son enfance a été caractérisée par sa passion dévorante des dessins animés tels Ulysse 31, Jayce, les Mystérieuses Cités d’Or. Ceux-ci déployaient un tel suspens qu’il lui était impossible de rater le moindre épisode. Il a fini par porter son attention sur les noms des créateurs apparaissant à chaque générique et particulièrement sur le nom de la société de production : la DIC. C’est ainsi qu’à l’âge de 10 ans, il a commencé la création d’un petit « livre » où chaque dessin animé DIC était répertorié, accompagné de petites images découpées dans les magazines télé de l’époque.

 

Pollux
Préface de Jean Chalopin
Parution : 7 avril 2013
208 pages couleurs et illustrations

Pour commander le livre : Site de l’éditeur (frais de port gratuit) Amazon.fr

Sites autour du livre : Pollux / Page Facebook

Merci aux auteurs du livre.

Du 28 octobre au 8 novembre 2013 – 23h59 vous pouvez gagner le livre Les Séries de notre Enfance. Pour participer cliquez ici.

Gagnez le livre Les Séries de notre Enfance sur FanKulture !

Lire la suite
8 Comments

8 Comments

  1. Pingback: Les séries de notre enfance - dessins animés - Années 80

  2. CHARLENE08

    08/11/2013 at 22 h 05 min

    Bonsoir, je suis ravie de participer surtout pour :  » Eh la qui va là Inspecteur Gadget Eh la ça va pas Ouh ouh Oh la je suis là Inspecteur Gadget C’est moi que voilà Inspecteur Gadget Ca va être la joie Ouh ouh Au nom de la loi Moi je vous arrête Je vous arrête là. »

  3. BIGORGNE

    08/11/2013 at 13 h 07 min

    J’adore ! toute ma jeunesse !! j’ai 34 ans et j’ai les dvd Ulysse 31 à la maison que ma fille de 7 ans regarde lol

  4. deiber ludovic

    08/11/2013 at 8 h 03 min

    Good Luck 😉

  5. mogi

    08/11/2013 at 0 h 06 min

    Ouh la la … rien qu’à voir la couverture je suis touché !

    Que de souvenirs et quelle bonne idée d’avoir sorti ce livre :o) merci

  6. MAUPOME

    07/11/2013 at 21 h 24 min

    bonne chance

  7. Godreau J

    07/11/2013 at 10 h 03 min

    Rien qu’avec ces quelques images j’en ai l’eau à la bouche ! et surtout l’enfance remonte à la surface et ça fait du bien !
    Biz

  8. Rastapan

    06/11/2013 at 19 h 04 min

    Bonne chance à toutes et tous !
    Que de souvenir dans tous les cas rien qu’à l’évocation de ce livre !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Disques

Dave, Souviens-toi d’aimer

Publié

le

Chronique Souviens-toi d'aimer, Dave

Dave sortira le 13 septembre prochain son nouvel album tant attendu Souviens-toi d’aimer, ce sera le 16ème album de sa carrière.

Le précédent album avec des chansons originales : Tout le plaisir a été pour moi est sorti le 27 mars 2006 (Chronique de l’album) donc cela fait 13 ans et juste 8 ans pour son album Blue-Eyed Soul où il a réenregistré ses tubes en versions Soul et R&B. Il n’a toutefois jamais été absent de la scène médiatique car il a toujours continué de monter sur scène pour le plus grand plaisir de ses admirateurs. Tout en continuant à participer à de nombreux projets, à la télé comme sur M6 avec La France a un Incroyable talent, ou encore son émission sur France 3 de 2014 à 2016 Du côté de chez Dave (report sur la première émission), et aussi un livre de Cuisine (entre autres) Cuisinez-moi en 2018 ou encore Ma chienne de vie co-auteur avec Patrick Loiseau sorti en 2016.

L’album est produit par Renaud, qui après avoir découvert La Fille aux deux Papas, a écouté par la suite plusieurs des autres titres, et il s’est laissé séduire. Il a également offert à Dave le texte d’une des chansons : Une femme qui s’en va.

Les chansons

La fille aux deux papas – Chanson qui parle d’une des filles (Mila) de Marc-Oliver Fogiel et son époux dont Dave est le parrain. C’est avec un rythme bien marqué que cette chanson qu’on peut dire engagée par ses propos et c’est surtout un pied de nez contre les opposants à l’homoparentalité. Il balaye leurs contradictions et ce qui compte c’est que pour elle, tout est clair. Elle a 2 papas et alors ? on pourrait dire…
Quittons-nous bons amantsChanson sur la rupture, la lassitude qui peut apparaitre dans un couple, le non désir. Pour devant c’est l’ennui / Le feu qui s’éteint doucement… La solution serait de se quitter bons amants… avec compréhension… 
Inséparés – Malgré les problèmes, les étapes dans la vie, on peut rester inséparables, sans jalousie, mais fidèles d’une certaine façon : L’amour toujours… La vie ne pourra jamais nous désunir, nous éloigner…
Comme une réponse à la chanson présente…
L’inventaire – Souvenir du passé, il serait près à se séparer des objets, des victoires, des choses matériels mais jamais de l’être aimé. Une belle déclaration qui se poursuit dans la chanson suivante…
Deux moitiés d’une même orange – Un duo surprise avec Patrick Loiseau, son compagnon depuis 48 ans, parolier, photographe, etc. Ils sont complémentaires, L’un sans l’autre ce serait impossible.
La nostalgie sera toujours ce qu’elle est – Une chanson entraînante, et légère sur une musique de Gilbert Montagné. L’insouciance, le bonheur, le rêve… Mais on ressent au fil de la chanson que cela a changé avec les années…  Une chanson cependant positive sur la nostalgie. On peut se souvenir, repenser à ses années bonheurs. Il n’est pas interdit de rester fidèle à tout c’qu’on a vraiment aimer.
On peut être nostalgique sans pour autant être déconnecté de la vie actuelle. Ma nostalgie restera toujours ce qu’elle est.
Sous quel arc-en-ciel ? – Une chanson écrite par Patrick Loiseau, et une musique de Stéphane Corbin pour le collectif d’Artistes « Les Funambules » auquel Dave a participé en guest. Mourir d’aimer, risquer sa vie quand on aime ?  Ou quand l’amour devient assassin…  on le voit trop bien malheureusement avec l’actualité… Une musique guitare saturée, qui rappelle le thème difficile et les violences, les luttes qui en découlent…
Pas à l’abri – Ne pas s’interdire d’avoir du bonheur, malgré tout et arriver à se lâcher, malgré les difficultés.
Souviens-toi d’aimer – Chanson qui donne son titre à l’album. Je vois cela comme une suite de la chanson précédente dans son thème. Lâcher prise. On peut, et il faut tout oublier sauf… l’amour… Il est temps que tu laisses la musique te frapper.
Une femme qui s’en va – Une femme qui s’en va ça ne revient jamais…. Un beau texte de Renaud chanté par Dave et lu par une femme. 
Plus libre que l’air – Nous avons eu un coups de coeur pour ce titre. Bien que le sujet n’est pas forcément très gai. Après le parcours de vie c’est la fin d’une vie… Rendre la liberté à son ombre. Un état de lieu sur sa vie, son parcours et partir sans regret, libre et léger comme la musique entraînante de ce titre.
Dernier regard – Une chanson, sortie pour la première fois en 1993, émouvante sur le départ de sa mère. Il la reprend régulièrement sur ces albums et en concert également. Une chanson difficile qui ne laisse par indifférent mais tellement belle…

Il ne faut pas passer à côté de cet album, complet. On suit une progression au fil des chansons, des textes… on est transporté par l’histoire de l’album.

On pourra retrouver plusieurs de ses nouvelles chansons ainsi que ses nombreux autres titres sur la scène du Théâtre Bobino à Paris le 19 novembre prochain.

 

Souviens-toi d'aimer, Dave

 

Les chansons de l’album

1. La fille aux deux papas (P. Loiseau / C. Morgan)
2. Quittons-nous bons amants  (P. Loiseau / T. Geoffroy)
3. Inséparés (P. Loiseau / C. Morgan)
4. L’inventaire (P. Loiseau / T. Geoffroy)
5. Deux moitiés d’une même orange (P. Loiseau / T. Geoffroy)
6. La nostalgie sera toujours ce qu’elle est (P. Loiseau / G. Montagné)
7. Sous quel arc en ciel ? (P. Loiseau / S. Corbin)
8. Pas à l’abri (P. Loiseau / T. Geoffroy)
9. Souviens-toi d’aimer (P. Loiseau / T. Geoffroy)
10. Une femme qui s’en va (R. Séchan / T. Geoffroy)
11. Plus libre que l’air (P. Loiseau / T. Geoffroy)
12. Dernier regard (P. Loiseau / T. Geoffroy – C. Loigerot)

Pour Commander l’album : Amazon.fr

Liens

Page facebook officielle
Site offciel

Lire la suite

Chroniques

Fredericks Goldman Jones de l’intérieur, Alexandre Fievée

Publié

le

Fredericks Goldman Jones de l’intérieur, Alexandre Fiévée

Après la sortie en 2016 d’un livre entièrement consacré à Jean-Jacques Goldman, Alexandre Fievée s’est lancé dans l’écriture et la réalisation d’un livre sur le trio Fredericks Goldman Jones. Il s’agit du premier livre consacré au trio.

Ce livre, sorti en novembre 2018 aux Editions Gründ, s’adresse tout aussi bien aux fans qui ont suivi Jean-Jacques Goldman et le trio qui souhaiteraient revivre et approfondir ces années, mais aussi à celles et ceux qui souhaiteraient le découvrir. De nombreuses anecdotes via des interviews dans ce livre qui est aussi très richement illustrées grâce à des photos pour certaines inédites (dont celles de Claude Gassian et de Pingouin). L’auteur s’est également appuyé sur des interviews données pour des magazines, des journaux, ou des émissions Tv et radios.

Le livre est composé de trois parties : « Juste avant… » couvrant la période avant 1985, la seconde « 1, 2, 3 » pour les années 86 à 95, et enfin « Juste après » pour 96 à aujourd’hui .

Parmi les interviews dans le livre on pourra lire les témoignages de Michaël Jones, Marc Lumbroso, Khanh Maï, Erick Benzi, Bernard Schmitt, Monique Le Marcis, Alain Régis Pingouin, Jacques Veneruso, Taj Mahal, Jean-Louis Pujade, ou encore Connie Fredericks-Malone…

La première partie retrace l’enfance et les premiers groupes musicaux jusqu’aux premiers albums, les premiers succès et collaborations de chacun. On découvre ainsi alternativement les premiers groupes de Jean-Jacques Goldman, l’arrivée de Michael Jones en France, ainsi que de Carole qui s’est retrouvée très vite choriste pour de nombreux Artistes…

A noter de belles archives et anecdotes de Chris et Alex Gibson au sujet du groupe Les Phalansters… ou encore comment Andy Scott (ingénieur du son) a commencé à travailler avec Jean-Jacques Goldman dès 1975 lors de l’enregistrement du 1er album de Taï Phong…

Puis suivra l’arrivée de Carole en tant que choriste pour la tournée en 1986, des anecdotes de la tournée en Afrique et à La Réunion en 1988. La genèse du trio comme une évidence pour Jean-Jacques Goldman. Les albums, les tournées, rien n’est oublié. Puis viendront finalement les albums solos pour chacun, la disparition de Carole… et la « pause » annoncée par Jean-Jacques Goldman à ses musiciens à la fin de son concert en juillet 2004 lors des 20 ans des Francofolies de La Rochelle…

On prend un grand plaisir à se replonger dans ces années, dans la carrière de Jean-Jacques Goldman, de Carole Fredericks et de Michaël Jones.

Un livre à offrir et à s’offrir sans hésitation. Et même les plus fervents passionnés du groupe pourront sans doute découvrir des informations en plus des magnifiques photos.

Pour vous procurer le livre : Amazon.fr

L’auteur

Alexandre Fivée est avocat. Dans le cadre de ses activités, il écrit d enombreux articles dans des revues professionnelles et donne des cours à l’université. Il est aussi, à titre accessoire, agent artistique. Il a notamment travaillé avec Warner Music France sur le best of de Taï Phong.
Aux éditions Gründ, il est déjà l’auteur du beau-livre Jean-JAcques Goldman paru en 2016.

Lire la suite

Chroniques

Génération Téléphone, Pierre Mikaïloff

Publié

le

Par

Génération Téléphone, Pierre Mikaïloff

Génération Téléphone, Pierre MikaïloffLa nostalgie est toujours d’actualité. Depuis près de trente ans, le groupe Téléphone n’en fini pas de se rappeler à nous : on réédite régulièrement leurs albums dans de beaux coffrets, ou on nous sort quelques compilations avec parfois des titres inédits.
Mais aujourd’hui, cette douce mélancolie du souvenir du groupe semble trouver meilleure satisfaction avec les Insus. Cette reformation, même partielle, de Téléphone nous fait remettre les pieds dans le plat. Mais de façon concrète, cette fois. Il y a des concerts, une tournée et au final un disque et un DVD.
A cela pouvait bien s’ajouter un bouquin.

Il eut été un peu court de parler des Insus, eux-mêmes. C’est donc à la genèse qu’il faut s’intéresser. C’est-à-dire Téléphone, ce groupe dissous en 1986, en plein succès.
Le livre de Pierre Mikaïloff nous remet bien dans l’ambiance en remémorant la saga de la légendaire formation rock « made in France ».

Il y a tout ce qu’il faut pour satisfaire à la fois les fans et les novices. Un récit clair, détaillé et bourré d’anecdotes, sans pour autant se perdre dans la masse d’informations. Outre la lecture passionnante, on croise de très belles photos au fur et à mesure qu’on avance dans la saga. Et, à la fin, on résume tout avec une discographie illustrée et détaillée. C’est comme si on y était.

Génération Téléphone, Pierre Mikaïloff

Pour peu qu’on s’intéresse à Téléphone, ce livre plaira à tout le monde. Et la cerise sur le gâteau est le DVD qu’on y trouve à la fin : le fameux documentaire de Jean-Marie Perrier « Téléphone public ». Une référence. Bien illustré, bien documenté, belle présentation et un prix abordable, il est de bonne augure de vouloir l’offrir ou se l’offrir.

 

L’auteur

Pierre Mikaïloff a pratiqué la guitare avec Les Désaxés, puis Jacno, et composé la B.O. de Shimkent Hotel. A donné de la plume ou de la voix sur RFI, Sud Radio, Rock & Folk, Gonzaï, Rolling Stone… Sa bibliographie compte une trentaine d’ouvrages : romans, recueils de nouvelles, poésie, le Dictionnaire des années 80 et Cultissimes 80 pour Larousse, et de nombreuses biographies de référence : Serge Gainsbourg, Alain Bashung, Françoise Hardy… A écrit une cinquantaine de documentaires pour la télévision (France 3) et la radio (France Culture), et pour la scène, coécrit deux fictions musicales consacrées à Alain Bashung.

Pour se procurer l’album

Amazon.fr

Lire la suite

D’autres chroniques

© 2001-2019 FanMusik
(Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits, merci de nous contacter)